Bonheurs d’occasions manquées ou pourquoi j’aime L’Amour est dans le pré

MaisonTu sais qu’il est temps que mère Nature daigne nous donner un brin de chaleur quand tu passes ton dimanche après-midi à surfer, encore en pyjama à 14 h 30, sur le site Agri-rencontre à la recherche d’un cultivateur de 45 ans et plus dans le coin du Bas-du-Fleuve histoire d’aller y vivre une passion débridée et refaire ta vie avec veaux, vaches et cochons. Ça, ou que tu as trop regardé L’Amour est dans le pré récemment. Ou les deux. Bref.

En fait, non. Let me rephrase that comme on dit en congolais.

Tu sais que mère Nature est un peu branleuse dans le manche cette année côté chaleur (et que son chum Galarneau n’est pas plus au rendez-vous, on s’entend), parce que ça te force à passer plus de temps à l’intérieur. De la maison et de ta tête. Et dans ma tête, y a toute une panoplie de hamsters en plein cours de spinning. Certains sont plus actifs de d’autres. D’autres se réveillent quand la situation s’y prête. Comme aujourd’hui. Et pis dans la maison, il n’y a pas vraiment de quoi s’énerver le poil des jambes côté « hommes ». Même le chat est une femelle. (D’ailleurs, ça me fait penser que j’ai l’air d’une veuve italienne et que ça me prendra probablement trois rasoirs pour venir à bout des dommages pileux de l’hiver.)  Lire la suite